PROFESSIONAL AND BUSINESS INSURANCE

Craftspersons, Retail traders, Accredited professionals, company directors, your insurance needs come together for a relevant protection of goods and persons related to your activity.

PERSONAL INSURANCE

For insurance of your goods and your family, come and discover our adjustable offers.

HEALTH INSURANCE

For additional health insurance adapted to your needs (Ongoing care, Hospitalisation, dental, optical …), come and discover our adjustable offers, adapted to your needs and your budget.

photo assurance santé international

INTERNATIONAL HEALTH INSURANCE (SCHENGEN VISAS)

For travel and stays outside of your Country of Origin, we have designed with our partners, specific insurance solutions.
The contracts that we offer are suited to short or long-term stays.


You are a student and are planning a stay abroad
You want to come to France and obtain health cover (up to 1 year, renewable)
NEWS AND INSIGHTS

JE CREE MA SOCIETE – DE QUELLES ASSURANCES AI-JE BESOIN ?

L’assurance vise à couvrir les personnes et les biens affectés à l’activité, et permettre au dirigeant de se consacrer au développement de son entreprise. A l’exception de professions réglementées (expert-comptable, courtiers, …), de l’assurance habitation ou l’assurance automobile, des assurances liées à la construction et au bâtiment (RC décennale), et maintenant de la santé (ANI), + Lire la suite…

CONTACT ACCRMA
L’assurance vise à couvrir les personnes et les biens affectés à l’activité, et permettre au dirigeant de se consacrer au développement de son entreprise. A l’exception de professions réglementées (expert-comptable, courtiers, …), de l’assurance habitation ou l’assurance automobile, des assurances liées à la construction et au bâtiment (RC décennale), et maintenant de la santé (ANI), très peu d’assurances sont obligatoires pour les créateurs et chefs d’entreprise. Mais qui dit non obligatoires ne signifie pas nécessairement inutiles ! Schématiquement, on peut identifier trois grandes familles de risques :

  • Les personnes (le chef d’entreprise lui- même et ses collaborateurs) pour des risques comme la maladie, l’invalidité, le décès. On parlera dans ce cas de contrats d’assurance Santé et Prévoyance collective ou TNS (en fonction de la taille et de la structure de l’entreprise).
  • les dommages que pourrait subir l’entreprise en cas de sinistres : incendie, vol, dégât des eaux…. On parlera dans ce cas d’Assurance MRP (multi-risque professionnelle),
  • les dommages qu’elle pourrait causer aux tiers, couverts par l’assurance de responsabilité civile, déclinée en RC Professionnelle, RC exploitation ou encore RC environnementale.

« Choisir » son assurance consiste à :

  • analyser les risques encourus par l’entreprise
  • leur impact financier potentiel sur le développement et la pérennité de l’entreprise,
  • ce qui reste à la charge de l’entreprise vs ce qui sera transféré à l’assureur.

Cette démarche pouvant être menée en interne, ou avec un partenaire (assureur ou expert -comptable). L’approche devant être à la fois être exhaustive (lister l’ensemble des risques) et proportionnée aux spécificités de l’entreprise (activité, chiffre d’affaires effectifs), car quelle que soit le secteur, il n’y a pas d’activité sans risques. Ensuite, cette approche réalisée, vient la mise en place des couvertures d’assurances, avec le distributeur de son choix. Les courtiers, agents généraux d’assurance, bancassureurs, ou assureurs directs ont développé des packages et offres spécifiques sur les segments TNS, TPE, PME. Tous sont susceptibles de répondre aux besoins identifiés du chef d’entreprise. Comment choisir la “Meilleure” police ?

  • contacter plusieurs distributeurs et comparer leurs propositions au regard de la taille de l’Entreprise et son activité,
  • ou donner un mandat de placement à un courtier en le chargeant d’interroger le marché afin de sélectionner plusieurs offres pour un même risque.

Lors de la comparaison des offres, attention aux effets d’annonce sur les prix.Deux contrats sont rarement comparables tels quels . Chaque contrat doit être analysé sous l’angle prix mais aussi garanties. C’est le rôle du distributeur d’éclairer son client sur le contenu de ses contrats (obligation de conseil) . Ne jamais hésiter à lui demander des compléments d’information ! Une fois les contrats souscrits, rester en contact régulier avec son distributeur permet de s’informer des évolutions de gammes de tarifs ou de réglementation, revoir périodiquement l’ensemble de ses contrats d’assurance et vérifier qu’ils soient  toujours adaptés à  la situation de l’entreprise. Bien informé par son distributeur, l’assurance peut devenir simple, accessible et lisible !

Pour tous renseignements, n’hésitez pas à contacter votre courtier ACCRMA.

Du 2 au 8 juin 2014, ACCRMA a soutenu comme partenaire sponsor la « CHINESE FOOD WEEK».

Fidèle à sa logique affinitaire, ACCRMA a souhaité soutenir l’initiative de l’AJCF pour deux raisons : le goût des découvertes culinaires de ces différentes provinces chinoises, mais aussi le support d’un projet destiné à favoriser les liens conviviaux entre communautés.

La chinese food week en bref

Un voyage à la fois culinaire et culturel qui a permis pendant une semaine de partager les saveurs de 7 provinces de Chine en partant d’une idée « 7 jours, 7 restaurants, 7 façons de découvrir la cuisine chinoise. »  Une manière originale de découvrir chaque soir une cuisine authentique des quatre coins de la Chine.  Et tout cela, à PARIS, en oubliant les « nems », et autres « rouleaux de printemps », chers à nos palais occidentaux.

Les partenaires de l’évènement : L’AJCF

Créée en 2009, l’Association des jeunes chinois de France (AJCF), est une association à but non lucratif (Loi du 1er juillet 1901) qui a pour objet de « développer et révéler le potentiel de la population d’origine chinoise de France pour contribuer pleinement à l’enrichissement culturel et social de la France ».  Acteurs de nombreuses manifestations culturelles, l’AJCF est très présente dans la Communauté chinoise.

ACCRMA a rencontré les dirigeants de l’AJCF dés l’origine. Le Président de l’AJCF se souvient et raconte « Il y a un an ce n’était qu’un projet de développement de courtage affinitaire; Aujourd’hui, la société de courtage ACCRMA est lancée, et très active auprès des communautés ! » .

Et après ?

La Chinese  food week n’est que le début d’une sucession de partenariats, où ACCRMA en tant que courtier vise à de positionner comme intermédiaire entre les personnes et les communautés et ainsi ouvrir le champs des possibles.

Parce que l’assurance, c’est aussi protéger, et continuer l’activité et soutenir les personnes et les biens dans toutes les communautés.

Let’s benefit from this period of the beginning of the year to let all our wishes be known, even the craziest. All together now: “it is forbidden to forbid”!
We have a dream: “To make distributing insurance even more innovative!”.
Numerous directors and managers develop innovative approaches, go against the norm, meet together at round tables. As consumers, these innovations still appear to us as a bit shy, when compared to Google, Facebook, Amazon developments…
Information or speculation? Or quite simply, a difficulty to understand the ability to innovate in a world barely subjected to real competition?
Why innovate? To develop a “we are an innovative company!” type stance, or more simply, as the broadest element of an aggressive strategy?
To innovate is to survive. The naturally shrewd consumer expects an innovative approach from their insurer, in tune with the developments of the Company. Other sectors, in which companies’ distribution models have not been developed, have seen the giant players in the market disappear, even though they are the public’s choice. Let’s take as example the Sound and the Image, and a Titanic just disappearing from the Champs Elysées.
For more than twenty years, innovation has only been spoken about in the distribution of insurance. The launch of direct insurance by telephone in the 80s allowed the market to be revolutionised. Many “already” saw themselves, in the wake of Direct Line, reaping 50% of the market over a few years. MSIs had already taken this share of the market, but with no revolution, or – to make more of a trend – no “going against the norm” came to upset the apple cart. A three-card trick, one player chasing another.
Bank insurers developing in traditional insurers’ arenas, unions without intermediaries winning their share beyond car insurance, and Direct insurers sustaining a modest slice of the cake, steady at below 5%.
The using of Smartphones, insurance going online and the change in regulations (Hamon Act), are these elements finally going to lead players into going against this norm, this so-longed for change? Each major player taking greater pride in launching their Big Data project, their Social Networks, their Sales Force, their Linked Objects or “Client Centricity”…
The innovation revolution thus seems in progress. Must we start from scratch now? One day we will speak about the “Spring of insurance” – and why not now, in 2014?
Olivier Blandin, ACCRMA President
extract from the Bank Insurance Laboratory newsletter from January 2014